L’association Tremplin Handicap – spécialisée dans l’accompagnement à l’orientation et à l’insertion professionnelle des jeunes en situation de handicap – a missionné l’IFOP pour réaliser une grande étude destinée à objectiver le vécu des jeunes handicapés en matière d’orientation scolaire et d’accès à l’emploi. Cette étude s’inscrit dans une logique d’enquête miroir et vise à comparer le vécu des jeunes en situation de handicap en matière d’orientation scolaire avec celui de l’ensemble de la population française âgée de 15 à 30 ans.

Les résultats et l'analyse de l'enquête sont téléchargeables gratuitement en ligne.

Cette bibliographie sélective est proposée dans le cadre du groupe de travail interne à l’Ireps Occitanie sur la prévention du suicide.

Les objectifs de cette bibliographie sont multiples :

Les maisons des adolescents (MDA) sont des dispositifs pluridisciplinaires qui constituent des lieux ressources sur l’adolescence et ses problématiques à destination des adolescents, des familles et des professionnels. Selon une enquête réalisée en 2018 auprès des MDA, les réseaux sociaux – et plus globalement la prévention des risques liés aux écrans – représentent un des premiers motifs de demande d’intervention émanant des partenaires des MDA et des pouvoirs publics.

Permettre aux générations d’aujourd’hui et de demain de développer leur capacité à faire des choix éclairés et raisonnés, leurs aptitudes à vivre ensemble et à mieux gérer leur stress et réguler leurs émotions en renforçant leurs compétences psychosociales (CPS) constitue un levier clé de la promotion de la santé. Ces 30 dernières années, de nombreux travaux de recherche ont montré l’importance des CPS dans le développement de l’enfant, de son bien- être et de sa santé, dès le plus jeune âge.

L’éducation à la sexualité est une question vive et pourtant ancienne. En France, l’obligation d’aborder la sexualité humaine dans les établissements scolaires s’est édifiée progressivement à partir de 1973.  Où en sommes-nous un peu plus de 20 ans après ? Comment cette éducation est-elle dispensée et surtout, quels en sont les contenus?

À l’heure où les objectifs d’égalité entre les femmes et les hommes ne sont toujours pas atteints, où des enfants sont victimes de violences sexuelles et sexistes, où la prostitution des mineures est un phénomène en hausse (MSS, 2021), la France peine toujours à mettre en œuvre dans les établissements scolaires les trois séances obligatoires d’éducation à la sexualité prescrites il y a plus de 20 ans par la loi no 2001-588 de 2001 inscrite au code de l’éducation.

D’après une recherche pluridisciplinaire sur la prostitution des mineurs en France (PROMIFRANCE) réalisée par une équipe du Centre de Victimologie pour Mineurs (CVM), le constat des acteurs institutionnels et associatifs est unanime : la prostitution des mineurs en France s’accroît et constitue un phénomène protéiforme complexe. Son constat est alarmant.

En Occitanie, plus du tiers des jeunes de 3 à 24 ans vivent dans une commune rurale au 1er janvier 2018. Pour rejoindre leur établissement scolaire, les écoliers, collégiens et lycéens se déplacent plus souvent hors de leur commune de résidence que les élèves urbains. À 18 ans, un jeune sur cinq quitte l’espace rural pour s’installer en ville, principalement pour suivre des études supérieures. Ceux qui restent ne quittent pas pour autant le système scolaire. Ils s’orientent plus souvent que les jeunes urbains vers des cycles courts ou vers l’apprentissage.

​Vous souhaitez ou envisagez d’entreprendre des actions d’éducation et de promotion de la santé. 

Vous intervenez auprès des jeunes (enfants, adolescents et jeunes adultes) et/ ou de leur entourage dans un établissement scolaire, un centre social, une maison des adolescents, une mission locale, un foyer de jeunes travailleurs…

Quelles sont les caractéristiques qui permettent de définir la jeunesse française ? Les 18-24 ans, en 2022, sont-ils en rupture avec les précédentes générations ?

Olivier Galland - Directeur de recherche émérite au CNRS et sociologue spécialiste des questions de jeunesse ainsi que Marc Lazar, Professeur d'Histoire et de sociologie politique à Sciences Po ont mené une enquête d’une ampleur inédite.

En 2020, plus de 10% de ses saisines en matière de droits de l’enfant concernaient des mineurs étrangers, dont la majeure partie étaient non accompagnés.

Le présent rapport ne prétend pas à l’exhaustivité s’agissant de la situation des mineurs isolés étrangers ou mineurs non accompagnés et des difficultés juridiques auxquelles ils sont confrontés en France.

Il rassemble dans un seul outil les analyses du Défenseur des droits depuis près de dix ans en la matière.