Le plan de lutte contre les violences scolaire présenté par le ministre de l'Éducation en août 2019 met l'accent sur la prise en charge des élèves "hautement perturbateurs".

Dans ce cadre, le ministère de la Santé a publié une circulaire pour préciser les conditions de la contribution des ARS et professionnels de santé à la mise en œuvre de ce plan. La circulaire distingue trois niveau de réponse aux violences scolaires :

Selon les enquêtes de santé menées en mileu scolaire en 201-2017 auprès des élèves de troisième, il apparait que 18 % des adolescents sont en surcharge pondérale et 5 % sont obèses. Cette prévalence de la surcharge pondérale et de l'obésité sont en hausse, en particulier pour les filles. En revanche la santé bucco-dentaire est en nette amélioration.

Ces évolutions sont marquées par de fortes inégalités sociales. Ainsi, 24 % des enfants d’ouvriers sont en surcharge pondérale et 8 % sont obèses, contre respectivement 12 % et 3 % des enfants de cadres. La proportion de ceux qui n’ont aucune dent cariée s’élève à 59 % pour les enfants d’ouvriers, contre 77 % pour ceux des cadres.

Ces disparités peuvent en partie s’expliquer par des habitudes de vie différenciées selon le milieu social.

Perçus le plus souvent sous l’angle de leurs missions de surveillance et de maintien de l’ordre, les surveillants de l’administration pénitentiaire ont pourtant, au quotidien, une pratique professionnelle bien plus diversifiée.

À partir d’une recherche sociologique qualitative originale menée par l’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire en 2016/2017 sur la vie sexuelle et affective des jeunes incarcérés, cette étude met en lumière certains aspects inattendus du rôle des surveillants en matière de gestion de l’intimité et de la sexualité des jeunes.

En effet, les surveillants se retrouvent de fait à gérer la vie affective et sexuelle des jeunes des unités dans lesquelles ils travaillent, en complément du travail réalisé par les soignants, les éducateurs ou les enseignants.

La Conférence des Présidents de l'Assemblée nationale a décidé, le 5 mars 2019, de créer une mission d'information sur l'aide sociale à l'enfance, trois ans après l'entrée en vigueur de la loi du 14 mars 2016 relative à la protection de l'enfant.

La mission d'information s'est intéressée au fonctionnement de ce service, départemental depuis les lois de décentralisation des années 1980.

A noter que les travaux de la mission s'inscrivent dans le prolongement d'autres réflexions publiques qui, plus ou moins directement, s'intéressent à la protection de l'enfance, notamment le rapport du Conseil économique, social et environnemental (CESE) Prévenir les ruptures dans les parcours en protection de l'enfance, publié en juin 2018.

Cette feuille de route de la santé mentale et de la psychiatrie s’inscrit en cohérence avec les objectifs de la stratégie nationale de santé, en particulier avec ses axes majeurs d’action que sont le repérage et la prise en charge précoces des troubles psychiques et la prévention du suicide.

Elle a comme objectifs l’amélioration des conditions de vie, de l’inclusion sociale et de la citoyenneté des personnes vivant avec un trouble psychique, l’amélioration de l’accès aux soins et aux accompagnements.

La Maison des Adolescents du Gard présente les actes du colloque tenu en mars 2018 par son dispositif RADeO sur le thème des "Affiliations identitaires radicales". 
La synthèse reprend les éléments des communications de l'ensemble des intervenants (conférences plénières et ateliers), propose de partager des supports, des références bibliographiques, et comporte des liens interactifs qui renvoient à des interviews vidéo en ligne. 
Pour faciliter votre lecture, le sommaire vous permet de naviguer dans le document en évitant la pagination.

Avant les années 1990, les jeunes ruraux étaient moins étudiés par les sciences sociales que les jeunes urbains car associés à une vision traditionnelle de la ruralité (Coquard, 2015) selon laquelle il n’y aurait que des paysans en milieu rural.

Depuis, les études sur les jeunes ruraux connaissent un regain d’intérêt et offrent une vision plus juste de leur situation qui n’est pas essentiellement différente de celle des jeunes urbains.

Les spécificités des jeunes ruraux sont liées au fait qu’ils sont plus souvent issus de milieux socio-économiques populaires et qu’ils font moins d’études que les jeunes urbains.

Cette fiche dresse un portrait statistique de ces jeunes ruraux à l’aide de données sociodémographiques issues du recensement de la population de 2015, en comparaison avec leurs homologues urbains.

Anorexie mentale, boulimie, hyperphagie boulimique… Où en est la recherche sur la compréhension des mécanismes en cause dans ces pathologies ?

Les troubles des conduites alimentaires sont variés mais ont pour point commun un retentissement considérable sur la vie et la santé physique et psychique des personnes qui en souffrent.

Psychiatrie, métabolisme, génétique… la recherche ne néglige aucune piste pour comprendre les causes et les mécanismes de ces pathologies et les meilleurs moyens de soigner les malades.

Poser la question de l’engagement à l’adolescence, c’est s’interroger sur l’essence même de l’adolescence, étape de vie entre l’enfance et l’âge adulte intimement liée à la révolte et aux défis.

À des périodes différentes de l’Histoire, ces jeunes en colère témoignent d’une dynamique vitale qui maintient l’individu du côté de la créativité et de la transformation de la société. Pour cela, il est nécessaire de l’encadrer, de la contenir pour ne pas laisser l’adolescent se perdre sur les chemins de la destructivité.

Un an de politiques de jeunesse est un dossier documentaire réalisé par l'Injep.

Il rassemble une sélection de textes législatifs et réglementaires ainsi que des communiqués reflétant, dans une approche interministérielle et européenne, l’action politique menée en direction de la jeunesse.