Pour les adolescents et les adolescentes, ce sont d’ores et déjà deux années de leur vie qui sont impactées par la crise sanitaire.

Loin de l’image bucolique des villages typiques qui ont pu susciter nombre de fantasmes en temps de confinement, ces filles et ces garçons vivant sur les territoires ruraux ne sont ni le reflet d’une société paysanne, ni une jeunesse agricole.

La direction de la recherche et des études statistiques (DRESS) publie les résultats d'une enquête menée lors du premier confinement qui montrent que "la proportion de jeunes avec un syndrome dépressif a doublé entre 2019 et mai 2020". Selon cette értude, les 15-24 ans ont plus présentés un état dépressif pendant cette période.

Cette enquête menée en novembre 2020 témoigne des impacts délétaires de la crise sanitaire sur la santé mentale des jeunes (18-24 ans). Les principaux enseignemants de l'enquête sont les suivants : 

Le site Ecoute Etudiant propose aux étudiants de faire le point sur leur état psychologique mais aussi des clés et des astuces pour faire face au mal-être. 

Chaque solution propose :

des informations, des témoignages et des conseils concrets
des exercices pratiques à faire chez vous, avec des textes, des vidéos, des audios…
des ressources à lire sur papier ou sur le web pour aller plus loin.

Enjeux santé est un outil d’animation qui propose d’explorer et d’interroger les déterminants de santé. Il s’inscrit dans le prolongement de La santé c’est aussi…kit pédagogique, édité il y a plus de 10 ans par Cultures&Santé et qui proposait une vision multifactorielle de la santé. 
Cultures&Santé est une association sans but lucratif de promotion de la santé, d’éducation permanente et de cohésion sociale, située à Bruxelles.

La jeunesse a fortement ressenti les effets aussi bien de santé mentale, de sociabilité, de parcours scolaire, de précarité économique et de vie sociale dégradée d’une manière globale. Peu d’études ont été mises en œuvre afin de mesurer l’impact de la crise sanitaire et de la Covid-19 sur les jeunes. Pourtant de nombreuses initiatives ont pu être prises afin d’accompagner les jeunes durant cette période si particulière.

La consommation excessive de boissons sucrées et d'aliments ultratransformés contribue au développement de l'obésité et est susceptible de produire des désordres métaboliques favorisant de futures maladies (insulinorésistance, diabète de type 2, maladies cardio- vasculaires, cancers, etc.).

L'emission Etre et savoir revient sur cette question prioritaire de la santé mentale des jeunes.

Prioritaire car la détection et la prévention permettraient d’éviter à des adolescents de voir leur pathologie empirer en grandissant - en France, d’après les statistiques, près de 12,5 % des enfants et adolescents sont en souffrance psychique. Priorité car la prévention du suicide des jeunes n’est pas suffisamment développée et insuffisamment financée – des milliers de morts pourraient être évités.

Le nombre de mineurs non accompagnés (MNA) a augmenté de façon exponentielle ces dernières années.

Après une première évaluation de la minorité au sein du Dispositif national de mise à l’abri, d’évaluation et d’orientation des mineurs isolés étrangers (Demie), on estime à 57% le nombre de jeunes non reconnus mineurs. Le cadre juridictionnel autour de ce statut reste flou et l’accès aux soins est entravé.

Une étude rétrospective a été menée afin d’évaluer l’état de santé de cette population.

L'article revient sur le fonctionnement et la plus-value d'un conseil local de santé mentale (CLSM) sur un territoire. Le CLSM tente de promouvoir une approche locale et participative pour aborder les questions de prévention et des parcours de soin.

Le territoire héraultais compte deux CLSM : celui du Pays Coeur d'Hérault et celui du Piscenois.