Le troisième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence (RSAA) rassemble des textes questionnant le rôle des technologies de l'information et de la communication dans l’accompagnement des jeunes par les professionnels de l’enseignement, du travail social et du secteur médico-social.

Il s’agit notamment d’interroger les dimensions de ces technologies à prendre en compte dans la prévention et l’intervention auprès des adolescents et des adolescentes, et de mieux définir en quoi elles sont efficaces et/ou limitées dans ce domaine.

Articles :

Dans un contexte de profondes transformations des modes de production, de diffusion et de consommation de l’information, le ministère de la Culture a souhaité disposer d’un diagnostic approfondi sur les pratiques de consommation de l’information par les jeunes générations (15-34 ans). Pour ce faire, elle a confié le soin à Médiamétrie de produire une analyse de ces pratiques.

L’étude constate que les jeunes sont plus équipés en terminaux mobiles que la moyenne (les 15-34 ans sont 89,9 % à détenir un smartphone, contre 69,2 % des 15 ans et plus) et davantage connectés (97 % des 15-34 ans ont accès à Internet, contre 93% de l’ensemble de la population).

Les jeunes sont d’importants consommateurs de contenus d’information en mobilité. Ils font en particulier un usage intense des réseaux sociaux :

Nouvelles pratiques, nouveaux défis pour les professionnels

Quelles sont les nouvelles pratiques des adolescents, et comment les prendre en compte pour mieux accompagner les plus vulnérables d’entre eux ? Un livre qui croise le regard des spécialistes et des professionnels de terrain pour les aider à mieux accompagner les adolescents sur le difficile chemin de ce que l’on nomme l’autonomie.

Les fiches de ce kit, destinées prioritairement aux éducateurs et médiateurs, ont pour but de faciliter l’organisation d’ateliers, autour du “Guide de la Famille Tout-Écran”, pour accompagner les familles et les aider à se saisir des questions liées à l’éducation aux médias, à l’information et au numérique.

Les auteurs, Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d’études et de recherche à l'INJEP et Arthur Vuattoux, ingénieur de recherche à l’École des hautes études en santé publique, chercheur associé à l’INJEP, livrent les résultats d'une enquête menée pendant un an auprès de jeunes adultes vivant en France métropolitaine sur leur usage d'Internet en matière d'information sur la santé et la sexualité.

Un entretien avec Angélique Gozlan, docteure en psychopathologie et psychanalyse. 

Dans de nombreuses situations de (cyber) harcèlement, l'agresseur a une faible estime de lui, peu confiance en lui, ce qui l'insécurise... et donc il harcèle pour ne pas être harcelé.  

Il y a d'autres situations ou l'auteur a été victime par le passé et cherche à se faire une nouvelle place, un nouveau statut plus "prestigieux' dans la communauté. Cette violence envers l'autre lui donne l'illusion d'être protégé de la violence du groupe et de leur propre violence. 

Pour aller plus loin : Le harcèlement virtuel

 

Un entretien avec Angélique Gozlan, docteure en psychopathologie et psychanalyse. 

L'école a une place centrale dans les situations de cyber harcèlement. En effet, dans beaucoup de situations, ce qui se joue derrière les écrans a un impact sur ce qui se passe entre les murs de l'école. 

L'école a un rôle important dans l'observation des signes de souffrance tels que l'absentéisme, le manque d'attention, l'agitation que l'un ou l'autre adolesent peut présenter...

Lieu de vie majeur des adolescents, l'école a un rôle de maillon essentiel entre d'un coté le groupe classe et de l'autre les parents. Il s'agit d'articuler les différentes sphères de vie des adolescents pour permettre qu'une prévention et une prise en charge puissent émerger. 

Pour aller plus loin : Le harcèlement virtuel

Un entretien avec Angélique Gozlan, docteure en psychopathologie et psychanalyse.

Sur la toile, l'absence de présence physique entre les individus entraine une levée des inhibitions. Cette impression d'irréalité peut engendrer des déferlements de haine très violents. 

Or, ces communautés virtuelles sont composées de gens bien réels et ce qui se dit sur les réseaux a des conséquences sur le psychisme. Ce qu'on lit et voit sur internet nous impacte.

Pour aller plus loin : Le harcèlement virtuel

Avec Internet, une nouvelle forme de harcèlement est apparue : le cyberharcèlement.

Ce phénomène est véhiculé par les réseaux sociaux, proposant de nouvelles modalités de communication et de relations dans lesquelles la notion d’intimité se trouve bouleversée. Les adolescents de la génération Z en sont particulièrement touchés.

Quelles sont les spécificités de ce harcèlement virtuel ? Comment se positionner en tant qu’adulte et professionnel pour endiguer et surtout prévenir les situations de cyberharcèlement ?

Ce texte propose d’explorer les mécanismes spécifiques du harcèlement virtuel, en mettant en lumière la place essentielle de la viralité et de la communauté virtuelle, en envisageant les effets à la fois pour la victime, le harceleur et les témoins.

La complexité du positionnement des adultes et la place de l’école y sont pensés à la lumière des processus à l’œuvre.

L’irruption du numérique dans le monde professionnel dans comme dans l’ensemble des activités rend indispensable la transmission aux élèves des outils leur permettant d’appréhender ce nouvel univers.

Cela implique de les former à la maîtrise des codes de l’univers numérique, en les éduquant à la société du numérique, en particulier dans le domaine des médias et de l’information, autant qu’à la pratique du code qui le régit, soit l’algorithmique et la programmation informatique.