Ce guide est à destination des animat(rice)eurs et des éducat(rice)eurs sportifs. 

Il a pour objectif de donner des clés pour mieux prévenir et mieux traiter les questions liées à la sexualité des enfants et des adolescents. 

Il comprend :

  • 20 fiches pour aborder ces questions à partir de mise(s) en situation et déterminer le niveau de réponse approprié qu'il conviendra d'adopter.
  • 2 fiches comprenant une trousse de prévention et des relais possibles.
  • 4 annexes apportant des clés de compréhension complémentaires pour approfondir certaines notions (notamment dans le cadre de temps de sensibilisation) ou mieux repérer les personnes en situation de souffrance.
  • un répertoire général, une sitographie et une fiche de signalement.
Cyberharcèlement et santé mentale

Dans le cadre des Semaines d'informations de la santé mentale dont l'édition de mars 2019 porte sur "La santé mentale à l'ère du numérique", le site PromoSanté a mis en ligne des documents issus de leur base Ressources documentaires.

 

Pourquoi le jeu fait du bien aux jeunes et aux adultes ?
Avec :
Dimitri Barabe, Chef de projet en développement de jeu vidéo, vulgarisateur scientifique, rédacteur pour la Fabrique Spinoza d'un rapport "Positiver le jeu vidéo", intervenant auprès d'institutions (Académie des sciences, CNC, etc.) et en milieu scolaire"
Michael Stora, psychologue, Et si les écrans nous soignaient ? ed.Érès
Olivier Gérard pilote le collectif PédaGoJeux

L'Académie des sciences, l'Académie nationale de médecine et l'Académie des technologies se sont penchées ensemble sur les usages numériques des jeunes en pointant leurs risques mais aussi leurs potentiels.

Elles ont donc conjointement publié cet appel à une vigilence raisonnée sur les technologies numérique.

Le troisième numéro de la Revue de Socio-Anthropologie de l'adolescence (RSAA) rassemble des textes questionnant le rôle des technologies de l'information et de la communication dans l’accompagnement des jeunes par les professionnels de l’enseignement, du travail social et du secteur médico-social.

Il s’agit notamment d’interroger les dimensions de ces technologies à prendre en compte dans la prévention et l’intervention auprès des adolescents et des adolescentes, et de mieux définir en quoi elles sont efficaces et/ou limitées dans ce domaine.

Dans un contexte de profondes transformations des modes de production, de diffusion et de consommation de l’information, le ministère de la Culture a souhaité disposer d’un diagnostic approfondi sur les pratiques de consommation de l’information par les jeunes générations (15-34 ans). Pour ce faire, elle a confié le soin à Médiamétrie de produire une analyse de ces pratiques.

L’étude constate que les jeunes sont plus équipés en terminaux mobiles que la moyenne (les 15-34 ans sont 89,9 % à détenir un smartphone, contre 69,2 % des 15 ans et plus) et davantage connectés (97 % des 15-34 ans ont accès à Internet, contre 93% de l’ensemble de la population).

Les jeunes sont d’importants consommateurs de contenus d’information en mobilité. Ils font en particulier un usage intense des réseaux sociaux :

Nouvelles pratiques, nouveaux défis pour les professionnels

Quelles sont les nouvelles pratiques des adolescents, et comment les prendre en compte pour mieux accompagner les plus vulnérables d’entre eux ? Un livre qui croise le regard des spécialistes et des professionnels de terrain pour les aider à mieux accompagner les adolescents sur le difficile chemin de ce que l’on nomme l’autonomie.

Les fiches de ce kit, destinées prioritairement aux éducateurs et médiateurs, ont pour but de faciliter l’organisation d’ateliers, autour du “Guide de la Famille Tout-Écran”, pour accompagner les familles et les aider à se saisir des questions liées à l’éducation aux médias, à l’information et au numérique.

Les auteurs, Yaëlle Amsellem-Mainguy, chargée d’études et de recherche à l'INJEP et Arthur Vuattoux, ingénieur de recherche à l’École des hautes études en santé publique, chercheur associé à l’INJEP, livrent les résultats d'une enquête menée pendant un an auprès de jeunes adultes vivant en France métropolitaine sur leur usage d'Internet en matière d'information sur la santé et la sexualité.

Un entretien avec Angélique Gozlan, docteure en psychopathologie et psychanalyse. 

Dans de nombreuses situations de (cyber) harcèlement, l'agresseur a une faible estime de lui, peu confiance en lui, ce qui l'insécurise... et donc il harcèle pour ne pas être harcelé.  

Il y a d'autres situations ou l'auteur a été victime par le passé et cherche à se faire une nouvelle place, un nouveau statut plus "prestigieux' dans la communauté. Cette violence envers l'autre lui donne l'illusion d'être protégé de la violence du groupe et de leur propre violence. 

Pour aller plus loin : Le harcèlement virtuel