Les défis sur les réseaux sociaux font aujourd’hui partie du quotidien. Véhiculés par la masse des plates-formes, ils naissent et meurent soudainement. Ce texte décrypte les fonctionnements de ces défis (Necknomination, Mannequin Challenge, Momo Challenge, Blue Whale Challenge…) dans la logique du processus adolescent. Entre panique morale et amplification caricaturale de ces phénomènes dans les médias, les éducateurs doivent-ils s’en alarmer ? Car les défis se propagent également, de façon parfois inquiétante, chez les adultes (défi des mamans, Cheese Challenge…).

La crise de la Covid-19 fait surgir de nombreuses crispations dans le social, tout comme chez les adolescents, et les passions ébranlent et troublent de toutes parts. Ce contexte révèle la singularité de chaque adolescence et souligne la fonction structurante du social dans le passage adolescent. La crise, qu’elle soit sanitaire ou d’adolescence, est par essence un moment potentiellement générateur de changement et de renouveau.

La pandémie Covid-19 relance une question centrale : quel monde voulons-nous pour nos enfants ? Ces jeunes dits « ensauvagés » sont les « rejetons » de l’ensauvagement du monde, les produits d’une idéologie néo-libérale qui occulte les détresses sociales et psychiques qu’elle engendre. Ce livre déplie les retentissements sur les adolescents et les jeunes pour en mesurer les effets délétères particulièrement sur les plus vulnérables.

La bande dessinée originale “Dans la tête de Juliette” du CLEMI s’enrichit de nouvelles ressources pédagogiques pour “se former” et “éduquer” à l’éducation aux médias et l’information. 

La période de confinement que nous vivons est exigeante pour les parents appelés à devenir 24h/24 sans répit les chefs d’orchestre d’un accordage familial suffisant sans pouvoir s’appuyer comme habituellement sur les différents réseaux : école, voisins, logopèdes, crèche, grands-parents,…. La nécessité de l’entraide entre parents, de la présence solide du réseau social environnant et des professionnels de l’aide s’affirme plus que jamais dans cette période où justement, ces ressources ne se déploient plus dans les mêmes modalités.

Poser la question de l’engagement à l’adolescence, c’est s’interroger sur l’essence même de l’adolescence, étape de vie entre l’enfance et l’âge adulte intimement liée à la révolte et aux défis.

À des périodes différentes de l’Histoire, ces jeunes en colère témoignent d’une dynamique vitale qui maintient l’individu du côté de la créativité et de la transformation de la société. Pour cela, il est nécessaire de l’encadrer, de la contenir pour ne pas laisser l’adolescent se perdre sur les chemins de la destructivité.

Nouvelles pratiques, nouveaux défis pour les professionnels

Quelles sont les nouvelles pratiques des adolescents, et comment les prendre en compte pour mieux accompagner les plus vulnérables d’entre eux ? Un livre qui croise le regard des spécialistes et des professionnels de terrain pour les aider à mieux accompagner les adolescents sur le difficile chemin de ce que l’on nomme l’autonomie.

Avec Internet, une nouvelle forme de harcèlement est apparue : le cyberharcèlement.

Ce phénomène est véhiculé par les réseaux sociaux, proposant de nouvelles modalités de communication et de relations dans lesquelles la notion d’intimité se trouve bouleversée. Les adolescents de la génération Z en sont particulièrement touchés.

Quelles sont les spécificités de ce harcèlement virtuel ? Comment se positionner en tant qu’adulte et professionnel pour endiguer et surtout prévenir les situations de cyberharcèlement ?

Ce texte propose d’explorer les mécanismes spécifiques du harcèlement virtuel, en mettant en lumière la place essentielle de la viralité et de la communauté virtuelle, en envisageant les effets à la fois pour la victime, le harceleur et les témoins.

La complexité du positionnement des adultes et la place de l’école y sont pensés à la lumière des processus à l’œuvre.

De tout temps, la jeunesse en quête de sens et de valeur à exister s’inscrit dans une métamorphose identitaire. Aujourd’hui, en rupture de perspectives et de références puissantes pour se sentir exister, des jeunes hommes et femmes sont  touchés par l’islamisme radical.

Aucune équation psychologique ou sociologique ne donne une explication univoque de la radicalisation. Ce qui vaut pour l’un ne vaut pas pour l’autre.

De jeunes convertis en quête de pureté et de spiritualité issus de classes moyennes ou privilégiées côtoient des jeunes de milieux populaires ayant souvent un parcours de délinquance. La radicalisation se nourrit de grandes figures anthropologiques : ordalie,sacrifice, disparition de soi... Les stéréotypes de genre sont exacerbés : les filles vouées au mariage et à la maternité, les hommes à la guerre. 

L’évolution familiale actuelle fragilise la parentalité tant aux plans social et économique qu’en amont, sur le versant du couple conjugal. 

Ce texte analyse les difficultés et les paradoxes contemporains qui expliquent cette précarisation.