Si les facteurs du décrochage scolaire sont connus, les éléments constitutifs du raccrochage le sont moins. Or, après avoir décroché de l’école, et après une période plus ou moins longue, les jeunes peuvent soit solliciter une structure de retour à l’école, soit entrer dans un établissement de formation par alternance.

Cet article traite donc des parcours des décrocheurs qui raccrochent auprès d'une structure à visée strictement scolaire ou d'un dispositif de remise à niveau scolaire et d’insertion professionnelle.

Dans le premier cas, il s’agit d’une structure de retour à l’école (microlycée), et dans le second cas d’un dispositif de « seconde chance » (école de la deuxième chance ou établissement public d’insertion de la Défense).

Pour quelles raisons une partie des élèves interrompent-ils, au moins temporairement, leurs études ? Les recherches ont désormais bien établi les différents facteurs sociaux et scolaires conduisant au décrochage scolaire. Mais la perception qu’ont les jeunes des conditions et des situations justifiant leur décrochage est moins investiguée. Or on peut s’interroger sur les façons dont les jeunes motivent eux-mêmes leur décrochage scolaire, et en quoi cela reflète, ou non, une forme spécifique de rapport à l’institution scolaire. Une première enquête conduite en 2013 dans l’académie de Nantes révélait une forte lassitude du système scolaire considéré par une majorité des jeunes comme inadapté, sélectif et injuste [Bernard et Michaut, 2014]. Nous poursuivons ici ce travail, à partir d’une enquête réalisée dans l’académie de Crétei

Addict’Aide, est un village virtuel dédié aux addictions : alcool, médicaments, jeux d’argent, drogues illicites, …
Le site internet met à la disposition du public et des différents professionnels engagés dans ce domaine (au sein des secteurs sanitaire, médico-social, etc.) un outil collaboratif d’information, de prévention, d’orientation et de soins "pratique et innovant". Cet outil mutualise les données de 60 acteurs du champ des addictions. Il propose ainsi l’accès à l'ensemble des outils existants.
Addict’Aide est construit sous forme d’un village virtuel composé de 11 « maisons » thématiques. Chaque maison s’adresse à un public spécifique : prévention, pouvoirs publics, usagers et patients, familles, associations de patients, entreprises, processionnels de santé, recherche, presse, Fonds actions addictions.
 

Cette mallette virtuelle aborde l'estime de soi et le regard des autres. Elle a pour objectif de lutter contre le harcèlement, l’injustice, les moqueries, le rejet et la solitude que peuvent connaitre les pré-adolescents et adolescents. Le support contient plusieurs outils interactifs. Les élus juniors ont adapté le jeu Feelings, un jeu pour parler de ses émotions. Parmi les autres outils, les collégiens ont réalisé des fiches d’exercices théâtraux, en collaboration avec des comédiens professionnels. Elles contiennent "plusieurs exercices pour la confiance en soi et pour ne pas avoir peur de s’exprimer en public".

La présente bibliographie propose une sélection d'outils pédagogiques de référence pour mener des actions de prévention auprès des jeunes sur les thèmes liés à la vie affective et sexuelle :
VIH/sida et IST, contraception et IVG, préservatifs masculins et féminins, égalité et respect dans les relations fille-garçon, homosexualité et homophobie...

L’année 2016 est cruciale pour la santé sexuelle et reproductive des adolescents, alors que débute la mise en oeuvre de deux stratégies sanitaires mondiales importantes – le Programme de développement durable à l'horizon 2030 et la Stratégie mondiale des Nations Unies pour la santé de la femme, de l'enfant et de l'adolescent.

Ces deux stratégies détermineront et favoriseront les efforts mondiaux de collaboration en faveur de la santé sexuelle et reproductive des adolescents au cours des 15 prochaines années. Si les buts et les cibles de ces stratégies ont été acceptés, les indicateurs pour contrôler que les cibles ont été atteintes font l’objet d’un débat.

L'ANSES a publié en février 2016 de nouvelles recommandations concernant l'activité physique et la sédentarité pour les adolescents de 12 à 17 ans.

Comment favoriser l'accès et le recours aux soins des jeunes précaires, confrontés à des difficultés de santé qui freinent leur insertion sociale et professionnelle?

Les expérimentations du Fonds d'expérimentation pour la jeunesse proposent deux types de leviers : un accompagnement social et /ou médical pour lever les freins informationnels (optimisation de la couverture maladie, prise de consciencce des besoins de santé...) et l'intervention de "médiateurs" auprès des jeunes les plus éloignés des institutions.

En France, plusieurs enquêtes montrent des niveaux élevés de consommation de médicaments psychotropes en population générale y compris chez les plus jeunes (Beck et al.2014).
Pour certaines classes de médicaments (sédatifs et, anxiolytiques), la France compte parmi les plus gros consommateurs mondiaux (OICS 2014).
Ce phénomène interroge sur une banalisation possible des prescriptions de médicaments psychotropes allant de pair avec la diffusion d’usages détournés notamment chez les jeunes, d’autant que les enquêtes disponibles fournissent des indicateurs d’usage détournés qui ne sont pas négligeables chez les 12-25 ans.

Médias d’information : Où sont les jeunes ?

Une table ronde de l'Observatoire de l’audiovisuel et du numérique, qui s'est tenue en janvier dernier, a permis d'explorer en trois temps les relations qu'entretiennent les "jeunes" avec les médias, et réciproquement. Les débats, organisés par l'Ina en partenariat avec l'Agence France Presse, France Médias Monde, ont réuni professionnels des médias et chercheurs en sciences humaines et sociales au sein de l'AFP.
Retour en images sur cet événement avec notamment Laurent Solly, directeur général de Facebook France et la sociologue Monique Dagnaud.