Addict’Aide, est un village virtuel dédié aux addictions : alcool, médicaments, jeux d’argent, drogues illicites, …
Le site internet met à la disposition du public et des différents professionnels engagés dans ce domaine (au sein des secteurs sanitaire, médico-social, etc.) un outil collaboratif d’information, de prévention, d’orientation et de soins "pratique et innovant". Cet outil mutualise les données de 60 acteurs du champ des addictions. Il propose ainsi l’accès à l'ensemble des outils existants.
Addict’Aide est construit sous forme d’un village virtuel composé de 11 « maisons » thématiques. Chaque maison s’adresse à un public spécifique : prévention, pouvoirs publics, usagers et patients, familles, associations de patients, entreprises, processionnels de santé, recherche, presse, Fonds actions addictions.
 

En 2012, l’OFDT publiait pour la première fois, grâce à l’enquête européenne HBSC 2010, un état des lieux des niveaux de consommation d’alcool, de tabac et de cannabis parmi les collégiens français. En 2014, un nouvel exercice de l’enquête a permis d’actualiser ces données et d’examiner leur évolution, tout en abordant pour la première fois les usages de la cigarette électronique (e-cigarette) et de la chicha.

Présentés dans le n° 106 de Tendances, les résultats du volet drogues de l’enquête en France permettent d’établir quelques grands constats :

- Première substance psychoactive expérimentée par les collégiens, l’alcool fait cependant l’objet  d’un moindre engouement (expérimentations et usages récents d’alcool en nette baisse en 2014, premières ivresses plus tardives et moins fréquentes qu’en 2010)

Prévention des conduites addictives – l’expérience ANPAA

Ce guide s’adresse aux animateurs de prévention A.N.P.A.A. et plus globalement à tous professionnels du champ de la promotion de la santé, de l’éducation et du social, qui souhaitent développer et mettre en œuvre des actions de prévention des risques et de réduction des dommages liées aux conduites addictives.
Il a pour objectif de faire connaître les activités de prévention de l’A.N.P.A.A., ses expériences, ses compétences et son savoir-faire. Plus pratiquement il permet :
l’aide au montage de projets, autour de recommandations de pratiques professionnelles; le développement des compétences professionnelles des animateurs de prévention des conduites addictives et l’harmonisation de leurs connaissances et pratiques
en promotion de la santé et en prévention des risques et réduction des dommages.

Réenchanter l’éducation des jeunes, tel est le thème du colloque organisé les 11 et 12 mai par la Région dans le cadre de son programme de santé des jeunes.

Depuis 2006, la Région a fait le choix de développer une politique de prévention et de promotion de la santé des jeunes de 15 à 25 ans de par sa responsabilité envers les lycées, la formation professionnelle et l’apprentissage. Elle a initié une politique de réduction des inégalités sociales de santé en développant une politique en direction de tous les jeunes mais en accentuant son intervention auprès des jeunes sans qualification ou faiblement qualifiés. L’adolescence est une période de transition et de prise de risque autour de la sexualité, des addictions et du suicide. Ces risques seront d’autant plus importants que le niveau de qualification des jeunes est faible et que ceux-ci sont coupés de leur relation familiale. La Région s’est appuyée sur deux études sur la santé des jeunes du Languedoc-Roussillon, en 2007 et 2012.

Santé des jeunes 15-25 ans en Languedoc Roussillon

Depuis 2006, le Conseil régional du Languedoc-Roussillon souhaite développer des actions de prévention santé en direction des jeunes. Pour mener à bien ce programme de développement de la santé des jeunes de 15 à 25 ans autour de la prévention du mal-être et du suicide, des conduites addictives, de l’infection à VIH et de l’hépatite C, et plus généralement de l’éducation à la santé, un diagnostic sur l’état de santé a été réalisé en 2007-2008.
Ce premier portrait régional des 15-25 ans avait permis de définir six profils de jeunes, afin de prioriser les actions en leur faveur et repérer les plus fragiles d’entre eux.
Cinq ans après ce premier diagnostic, différentes actions ont été mises en œuvre sur les thèmes prioritaires du bien-être, de la vie affective et sexuelle, des addictions, de la nutrition, des réseaux de professionnels autour de la santé des jeunes.

Rapport sur les compétences pour les intervenants en prévention de la consommation de substances chez les jeunes

Selon la recherche, les problématiques, besoins, considérations et approches relevant du travail de prévention de la consommation de substances chez les jeunes nécessitent une attention particulière. En effet, ce qui fonctionne chez l’adulte ne fonctionne pas forcément chez le jeune. Ajoutons qu’un important travail de prévention se fait en amont, à l’échelle communautaire, avec la mise au point et l’appui d’initiatives et d’activités propices à des communautés et milieux prospères où les jeunes peuvent s’épanouir et exprimer leurs talents.

Etude : Conduites addictives chez les adolescents

Ce document présente les principaux constats et les recommandations du groupe d’experts réunis par l’Inserm dans le cadre de la procédure d’expertise collective 1, pour répondre à la demande de la Mission interministérielle de lutte contre la drogue et la toxicomanie (Mildt) concernant les conduites addictives chez les adolescents, en particulier sur les usages et les stratégies de prévention et d’accompagnement.

Ce travail s’appuie sur les données scientifiques disponibles en date du 2nd semestre 2013. Près de 1 400 articles constituent la base documentaire de cette expertise.
Le Pôle Expertise Collective de l’Inserm, rattaché à l’Institut thématique multi-organismes Santé publique d’Aviesan (Alliance nationale pour les sciences de la vie et de la santé), a assuré la coordination de cette expertise.​