Les Promeneurs du Net

Importée de Suède, cette initiative a été mise en œuvre par la Caf de la Manche et le conseil départemental de la Manche en 2012, par la Caf du Cher en 2014 en lien avec la direction départementale de la Cohésion sociale et le conseil départemental du Cher puis, en 2015, par la Caf du Morbihan. Le Promeneur du Net contribue, par sa présence éducative sur les espaces en ligne fréquentés par les jeunes, à définir de nouvelles modalités d’accompagnement en phase avec leurs préoccupations et besoins actuels. La présence éducative sur Internet consiste à prendre en compte Internet comme un nouveau territoire de présence des jeunes et de leurs parents. L’objectif est d’être disponible aux sollicitations, d’utiliser ce support pour de l’accompagnement de projets et d’assurer une présence adulteà vocation éducative sur le net.

Cette enquête a été menée du 2 juin au 25 juillet 2015, auprès de toutes les MDA sur le territoire national. 3 modalités de réponses étaient possibles : renseigner un questionnaire en ligne (91%), remplir un questionnaire papier (16%) ou via un entretien téléphonique (4%). Sur les 104 MDA recensées, 83 y ont répondu soit 80% de retours. Tous les questionnaires renseignés ont pu être exploités.

En préambule, il convient de rappeler que les MDA peuvent différer entre elles, que ce soit dans leur fonctionnement, leurs activités, leur identité administrative. Ces différences sont principalement dues aux contextes locaux et historiques de leurs constitutions. Cette enquête ne permet pas de dessiner la MDA idéale ou étalon, mais elle nous donne un état des lieux global et actuel des actions menées dans nos maisons.

Voici quelques adresses utiles par rubrique pour l’orientation des publics concernés par les addictions :

- Point Accueil Ecoute Jeunes et Familles,
- Consultations Jeunes Consommateurs,
- Consultations Tabacologie (Aide à l’arrêt du tabac),
- Consultation jeux excessifs,
- Centres de Soins et d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (Csapa),

A Angoulême, un projet ambitieux a été conçu autour de l'alimentation : "Les arts de Faire-Culinaires au Collège".
Ce programme d'éducation à l'alimentation issu d’un projet pilote innovant dans un collège des Charentes, a été financé par des programmes nationaux et régionaux pour l’alimentation. Il concerne les classes de cinquième, quatrième et troisième, mais certaines actions, comme des ateliers d'éveil sensoriel peuvent prendre place en sixième. 
Il s’intègre dans les enseignements pratiques interdisciplinaires (EPI), et concerne les huit thématiques. Il présente des activités aussi variées que de la cuisine moléculaire avec le professeur de physique-chimie, un recueil de souvenirs culinaires réalisé en classe de français, l'étude du design des arts de la table en Arts Plastiques (etc)...
Il est adaptable au primaire, ainsi qu'à des centres sociaux. 

Une étude relative aux PAEJ a été réalisée au premier semestre 2015 afin d’approfondir le diagnostic quantitatif et qualitatif de la situation de ces structures et de leurs interactions avec les autres dispositifs chargés de l’accueil, de l’information et de l’accompagnement des jeunes les plus vulnérables. De ces travaux, il ressort que les PAEJ représentaient, en 2015, 467 points de contacts composés de 315 structures et de 152 antennes.
Près de 500 personnes sont accueillies par an et par structure, avec une forte disparité. 65% des personnes accueillies en 2014 l’étaient pour la première fois. Ce public ne se limite pas aux jeunes (12-26 ans) car près de 30% des personnes accueillies font partie de leurs familles, de leur entourage ou sont des professionnels. Le public jeunes est constitué de : un public scolaire (54%), moins de 18 ans (57%), jeunes chômeurs (24%), en situation de précarité de logement (12%), déscolarisé (8%).

La branche Famille et ses partenaires sont mobilisés pour accompagner les parents par la mise en œuvre d’une offre diversifiée de soutien à la parentalité. Afin d’obtenir une connaissance plus fine des besoins des parents dans ce domaine, la Caisse nationale des Allocations familiales (Cnaf) a conduit une enquête nationale auprès de parents d’enfant(s) de moins de 18 ans.

Les parents expriment dans cette enquête la relative difficulté qu’ils éprouvent à exercer leur rôle. La scolarité et la santé sont les domaines qui leur posent le plus de difficultés. Les problèmes sont perçus plus aigus à l’adolescence des enfants, alors que c’est avec des enfants en bas âge que les parents expriment le plus fortement des préoccupations quant à leur rôle.

L’exemple de l’académie d’Aix-Marseille
Cette contribution propose des portraits type des décrocheurs à partir de données sur l’académie d’Aix-Marseille. L’investigation prend également en compte le rôle des caractéristiques des établissements scolaires. L’effet « d’établissement » apparaît plus important pour les lycées généraux et technologiques que pour les lycées professionnels ; alors même que le décrochage scolaire est sensiblement plus faible dans les premiers que dans les seconds.

EL-Mahdi Khouaja et Stéphanie Moullet, « Le rôle des caractéristiques des établissements dans le décrochage scolaire », Formation emploi [En ligne], 134 | Avril-Juin, mis en ligne le 22 juin 2016, consulté le 31 août 2016. URL : http://formationemploi.revues.org/4713

2016/1-2 (N° 351-352)- ISSN : 2114-2068 / P. 128

Edito :
Les attentats de novembre ont secoué les consciences qui s’interrogent sur ce qui peut avoir motivé ces jeunes hommes à se faire sauter pour tuer le plus de monde possible, alors qu’ils sont nés dans cette Europe occidentale réputée tolérante, y ont fréquenté les mêmes endroits où ils ont semé la mort. Lire la suite

On estime aujourd’hui à 12 000 le nombre de jeunes Français radicalisés au nom de l’islam.
Profils sociologiques très disparates, classes populaires, moyennes, filles et garçons, de culture musulmane mais aussi 40% parmi eux de culture catholique ou athée. Une seule certitude : leur jeunesse ; ils ont tous entre 15 et 25 ans.
Comment comprendre, dans notre société sécularisée, les ressorts psychiques de ces adolescents ou post-adolescents qui trouvent un sens à leur existence dans cet idéal mortifère de la radicalisation ? Que se passe-t-il dans cette période de la vie ? De quelle manière l’offre djihadiste parvient-elle à s’engouffrer dans ces failles adolescentes ? Quelles sont les racines inconscientes de la religion ? Et que répond à cela, la psychanalyse.

Dans le cadre de l'emission "N'est pas fou qui veut" France Inter 2016

 

Chaque année en France, des milliers de jeunes « décrochent » de leur cursus scolaire. Le dossier central de ce numéro en explore les raisons et met en avant les alternatives pour « raccrocher » ces élèves. Car le décrochage a un impact négatif important – échec, mésestime de soi – sur la santé globale, tant physique que psychologique, des jeunes concernés.
Parution : n°436 de jun/juin/aoout 2016